Rob Roy MacGregor : Dernier héros des Highlands

On ne connaît pas la date de naissance de Robert Roy MacGregor mais on sait qu’il a été baptisé le 7 mars 1671. Il est mort le 28 décembre 1734. Rob Roy est la traduction anglaise du gaélique Raibeart Ruadh, ou Robert le Rouge, en raison de sa chevelure rousse et bien que celle-ci ait bruni vers la fin de sa vie.

Rob Roy nait à Glengyle, au bord du Loch Katrine (voir la carte ci-dessus), comme le certifie un extrait des registres du baptême de la paroisse de Buchanan. Son père était Donald Glas MacGregor et sa mère, Margaret Campbell.

Âgé de 18 ans, il se bat aux côtés de son père à la bataille de Killiecrankie, le 27 juillet 1689, sous la bannière des Stuart et sous les ordres du Vicomte de Dundee.

Rob Roy se marie à Glenarklet, près de Glasgow, en janvier 1693, avec Mary Helen MacGregor, sa cousine. Quatre enfants naissent de cet union : James (également appelé Mor ou Tall), Ranald, Coll et Robert (connu sous le nom de Robin Oig ou Young Rob, en français « Rob le Jeune »). Un cousin, Duncan fut également adopté.

L'emprunt à montrose

Vers la fin de 1711, MacGregor emprunte 1000 £ James Graham pour acheter du bétail au marché de l’année suivante. James Graham (1682-1742) est un homme puissant, 4e marquis de Montrose, il devient le 1er duc de Montrose en 1707 en récompense de son soutien à l’Acte d’Union réunissant l’Écosse et l’Angleterre la même année.

Malheureusement pour Rob Roy, au début de 1712, l’homme qui conduit le troupeau, après l’avoir acheté, le revend et s’enfuit avec la somme. MacGregor se lance à la poursuite du voleur, sans succès.

Quand il revient chez lui, il découvre qu’il a été déclaré en banqueroute et mis hors la loi par Montrose. Ses terres ont été saisies et sa famille expulsée.

MacGregor cherche alors à se venger de Montrose et bascule dans le banditisme. En dehors du vol de bétail, il kidnappe notamment un coursier de Montrose, lui dérobant ainsi 3000 £. Petit à petit, MacGregor a également ciblé d’autres propriétaires terriens à qui il vendait sa « protection ».

Sa vengeance lui donnera toutefois un allié de poids, le duc d’Argyll, ennemi de longue date de Montrose.

La révolte jacobite de 1715

Il dirige le clan des MacGregor lors de la révolte jacobite de 1715. Il est même le guide de l’armée jacobite lors d’une marche entre Perth et Stirling en novembre 1715.

MacGregor et ses hommes arrivent néanmoins trop tard pour se battre à la bataille de Sheriffmuir. Des rumeurs quant à sa loyauté circulent car il a des intérêts avec John Campbell, le duc d’Argyll. Néanmoins, rien ne sera jamais prouvé et le nom de MacGregor figure bien sur la liste des traîtres jacobites à la fin de la révolte de 1715. Une amnestie est offerte à ceux qui rendent les armes. MacGregor décide alors de se présenter devant le duc d’Argyll, il se rend et lui offre une poignée d’armes rouillées. Le duc négocie son amnistie et lui offre des terres en 1716, à Glen Shira, dans le sud est des Highlands.

Rob Roy continue alors sa vengeance contre Montrose jusqu’en 1722, où il est obligé de se rendre. Emprisonné, il est finalement pardonné, en 1727.

Il meurt le 28 décembre 1734 dans sa maison à Inverlochlarig Beg, Balquhidder. Sa tombe se trouve dans le cimetière de Balquhidder.

Rob Roy dans la culture populaire

La légende de Robert Roy MacGregor a inspiré le roman Rob Roy de Sir Walter Scott.
Ce lien vous mènera vers le livre de Sir Walter Scott en version numérique gratuite (en français)

Hector Berlioz a composé une ouverture nommée Rob Roy.

Plusieurs adaptations de son histoire ont également été portées à l’écran, la plus récente étant Rob Roy, de Michael Caton-Jones en 1995. Un film qui possède de magnifiques paysages et de superbes combats chorégraphiés…

À voir en VO, rien que pour les accents écossais, l’air abominablement pédant des anglais et le casting juste énorme…

Sources